ITSASONDOAN: Couverture                                   GUÉTHARY                                                        Page d'Accueil
   Nos maisons connaissent
de nos besoins de profiter l'espace et le temps.
 Frank Lloyd Wright résolvait ainsi assembler les pièces,
ordonnées par fonctions,
sans barrières.
 Espaces en mutation -variété d'usages-. Foyers plus faciles, sans recoins, plus à l'aise de maintenir propres.   
Lieux plus libres & fluides,
mieux éclairés, avec la lumière pénétrant jusqu'à le plus profonde
...
Ramiro ARRUE Fermes basques sur la corniche entre Guéthary et Saint-Jean-de-Luz Huile sur panneau
Maison à Guéthary Gouache, Aquarelle et pastel 1893 Lucien VERITE
Derrière: Pecheur et marchande de poissons à Guéthary Gouache, circa 1940
En bas, Le port de Guéthary Huile sur toile coton, 3D  2012  Eric BOURDON
 Avec ces idées marche l'actuelle réforme de ce logement. C'est un appartement mansardé avec plateforme (mezzanine), qui la transforme en duplex ouvert, qui dialogue dans ses deux hauteurs. 40 mètres environ en total, ouverte aux ciels, dans le dernier des trois étages d'un ancien hôtel du début du siècle précédent, à quelques mètres d'un port romain du IVème siècle, dans une zone très apprécié par les surfeurs, et qui maintient encore l'air authentique des lieux inexplorés, par secrets, et qui lui donne un esprit délicatement vierge, ce qui n'est pas étrange à sa célébration joyeuse estivale annuelle.
         
 Emplacement fascinant, qui attire se montrer aux fenêtres sur le toit, pour contempler Fuenterrabia au sud, Biarritz au nord, et.... les étoiles, au crépuscule, comme une grotte lumineuse et sensuelle, à la manière d'un utérus protecteur et maternel.
           
À côté, proche, un arrêt du train est témoin de trajets vitaux dans un mouvement. Mais ici, l'espace pour le calme et la protection sereine qui régénère.
       Un refuge curatif physique et émotif, pour nuancer des conversations et des sommeils.
Actuellement dans une reconstruction lente, en soignant ses propres textures de pierre et de bois, en optimalisant son espace et lumière...
Nous espérons pouvoir l'offrir pendant l'été de 2019.
Nous sommes à GUÉTHARY, au centre côtier de Lapurdi, dans le Pays Basque du Nord, précisément dans un édifice protégé
comme un Architecture exceptionnelle, comme échantillon singulier de style néo-labortaine, dans la tradition constructive basque.
Guéthary est un village typiquement basque, ancien port de pêche
à la baleine, largement ouvert sur l'océan et, aujourd'hui, depuis le début des années 70, le village s'est imprégné de la culture surf.

C'est déjà connu mondialement par LES SURFEURS pour
ses différents "spots" et sa célèbre vague de Parlementia
.
Le spectacle est à la hauteur de l'effervescence avec des vagues de plus de 4 mètres certains jours.

À gauche: Port à Guéthary, par QUEM; derrière:
Partie de pelote basque au fronton de GUETHARY-GETARIA, par Josette TERREAU LAMELLE
                                          À droit: Pêcheur à Guéthary, par Ramiro ARRUE
 Blottie au coeur de la ville se trouve la plage la plus escarpée de la côte basque: la plage des Alcyons, dont le sentier qui y conduit est extrêmement escarpé.
 Là on aime l'impression d'être au bout du monde. Encore aujourd'hui, en 2018, si bien Guéthary est devenu tendance, la ville préserve son authenticité et tranquillité.
Situé à 15 km de Bayonne et à 7 kms de Biarritz et Saint-Jean-de-Luz, Guéthary bénéficie d'une vue exceptionnelle sur la côte vers les plages des Landes et sur le panorama des Pyrénées, visibles jusqu'au sommet de la chaîne centrale.
On pourrait même dire que ce village pittoresque est quasiment inconnu de la plupart des visiteurs tellement il est à l'abri des regards indiscrets.
Pourtant, situé au bord d'une route au trafic dense l'été, de nombreux touristes passent devant sans s'en rendre compte et se privent de cette véritable perle de la côte. 
Alors, un conseil: après avoir traversé Bidart ou Biarritz, ralentissez et prenez le temps d'y faire une halte, vous ne le regretterez pas.   
Guéthary (site officiel de la ville) Tableaux, sur le Surf, par John SEVERSON. Derrière, à gauche: Ron CROZI
Peintures, en haut, par Pierre Rodriguez (derrière, à gauche, par RENAUD).               En bas, à gauche, par Jacquotte GAIGNAULT, qui habiten à Guéthary.
En haut, à droit, le café Madrid,
où l'écrivain dadaïste Jacques Rigaut écrit  Et puis merde! (un Cadavre exquis),
en 1926 (à 26 ans), dans l'époque qu'apparaît dans le court-métrage de titre basque
"Emak Bakia" (laisse-moi en paix, en basque), de Man Ray.


Avant-guerre, dans ce minuscule village qui n’a jamais été bétonné,
écrivains, musiques et peintres illustres abritaient leurs esprits pendant l’été:
Saint-John Perse, Claude Debussy, Paul Klee, Vassily Kandinsky...



               À droit,
Kandinsky et Klee à la terrasse arrière du café Madrid, pendant l'été de 1929
Mention spécial mérite le sculpteur romaine Georges Clément de Swiecinski, qui conformément aux conseils de son ami Jean-Paul Toulet,
il abandonne la chirurgie, quitte Paris et s'installe à Guéthary où il se consacre définitivement à la sculpture, depuis 1826, à 45 ans,
jusqu'à son décès en 1958. Son œuvre essential s'expose de manière permanente dans le Musée de la localité.


Mais il faut souligner au poète Paul-Jean Toulet.
Jorge Luis Borges le tenait pour un des plus grands écrivains de la littérature française.
Ses Contrerimes, poésies inclassables, sont un chef d’œuvre d’humour et de délicatesse, d’ironie
et de lyrisme retenu
. Cynique et sentimental, caustique et tendre, l’extravagant Paul-Jean Toulet est le plus méconnu des classiques. (Ses citations)
L'homme que cherchait "la félicité de la forme", venait,
à partir de 1916 à Guéthary chez sa femme,
qu'il a épousé à 49 ans, jusqu'à son décès en 1920.


Noctambule et séducteur, opiomane invétéré,
il est décédé à Guéthary (où il sera inhumé)
d'une overdose de laudanum, substance proche de l'opium.
Il avouait que ce qu'il avait aimé le plus dans le monde,
c'était "les femmes, l'alcool et les paysages".


Il fréquentait le Café Madrid -à droit-, dont la place porte aujourd'hui son nom, et qui se trouve à peu distance
de la maison qui habitait.
 
Ami de Debussy, et aussi des écrivains Francis Jammes
(assidu, en même temps, de Ravel) et Edmond Rostand -Cyrano-, qui résidaient dans localités proches
, c'est encore fréquemment rappelé par ceux-ci qui visitent son tombe, à côté de l'église de la ville
De gauche à droit:  Médaillon à l'effigie de Toulet (pierre tombale), par Swiecinski;
le Monument -Les trois dames d'Albi-, dû au ciseau d'Auguste Guénot -1931-, devant sa maison
.  
 
Après, les demeures de Paul-Jean Toulet, à Guéthary; Francis Jammes, à Hasparren; Edmond Rostand -la Villa Arnaga-,
à Cambo-les-Bains (à 25 km de l'appartement, par les routes D-255 et D-932), construite entre 1903 et 1906, au style de l'architecture néobasque,
qui s'inspire des fermes traditionnelles à façade blanche, pans de bois rouges et toitures à deux pentes inégales.
L'intérieur ressemble à un somptueux décor de théâtre,
l'atmosphère bien aimée du auteur de Cyrano de Bergerac.
Actuellement des résidants talentueux, poursuivent le sillage de liaisons illustres à cette petite ville, comme les peintres cités, des musiciens comme les pianistes Katia et Marièlle Labèque, maîtres de la cuisine comme les frères Ibarboure (Philippe et Martin), ou l'écrivain Frédéric Beigbeder (créateur de termes -fashismo-, et provocateur impénitent et imaginatif -site-),
réinstallé de nouveau dans l'enclave de son enfance, qui recommande (et nous le souscrivons)
la route entre SARE
et
AINHOA, villages voisins, pour disposer des plus beaux paysages du monde -LePoint-;
le journaliste et producteur audiovisuel Alain Gardinier, qui a sa société -
Zuma- dans la ville...;
la femme peintre-écrivaine et surfeuse londonienne
Wilma Johnsonreste aussi fascinée avec la ville, et vient avec sa famille...
Sur l'étymologie de Guéthary: Getaria (Ipparalde) et sur sa jumelle Guetaria, Getaria (Guipúzcoa). Son nom basque est Getaria.
Issu de Catari, du latin Captare (= voir, apercevoir); – ou de Gaitar (= gardien, en basque); – ou de Gaitari (= guetter, en gascon).
Ses habitants sont les Guéthariars  (les Guétariens sont les estivants)
.
Version contestée sur wikipedia espagne:
"Sin embargo frente a las hipótesis tradicionales, en los últimos años
los hallazgos arqueológicos han permitido aportar luz al asunto. Recientemente se han encontrado en la localidad de Guetaria pruebas de la existencia de una instalación de conservas de pescado de la época romana, un tipo de establecimiento que recibía el nombre de Cetaria. C'est constaté que dans la Guéthary française s'était fondé également un établissement de ce type au Ier siècle.
Alors, maintenant, il semble assez clair que le nom des deux populations vient de ce mot latin;
puisque sur la place où des siècles plus tard ces popultaion on été fondées il y avait auparavant une usine romaine".